Actualité la vie des abeilles : miellée de printemps, quel constat ? juin 2021

Publié par SEO950057 le

Hausses Ruche du Clos Ferout

Miellée de printemps, quel constat ?

Le gel et la pluie nous ont inquiété car les fleurs ont gelé, donc pas de nectar ni de pollen.

La pluie n’a pas permis aux abeilles de sortir se nourrir, alors il a fallu les nourrir pour qu’elles subsistent. Grâce à cela, nous avons pu constater le maintien de nos colonies : populeuses, actives et en forme. 

Ruches du Clos Ferout

Les reines quant à elles, sont montées pour beaucoup, dans les hausses pour faire du couvain d’abeilles et des faux bourdons ! Il y a eu quelques essaimages, mais par chance, n’ont pas été loin (4 à 5 mètres dans les arbustes). Remis dans les corps de ruches et nourris.

Une récolte pas comme les autres.

Hausses Ruche du Clos Ferout

J’étais plus optimiste que mes confrères quant à la récolte du miel de printemps, nous avions décidé de faire la miellée le 19 et 20 juin avant la floraison des châtaigniers.

Résultat ? Un gros coup au moral ! Sur 60 hausses, pas une ne valait la peine d’être extraite. Pour la première année en 8 ans, nous n’avons rien récolté. Pas un gramme au lieu de 600 à 800 kilos attendus. 

Pouvons-nous nous consoler en disant que nous avons fait tout ce que nous pouvons, que ce sont les répercussions climatiques et que c’est pour tout le monde pareil ? Non, le pessimisme ne fait pas partie de mon ADN. Nous espérons que les châtaigniers floriront comme il se doit et que les colonies, en pleine forme, feront un travail de pro comme à leurs habitudes.